Le blog FSU des personnels de la Région Nouvelle-Aquitaine et Agences
Vous êtes ici : Accueil » Actus en Nouvelle-Aquitaine » Baisse de la dotation en postes dans les lycées : appel à la mobilisation et (...)

Baisse de la dotation en postes dans les lycées : appel à la mobilisation et à la grève le 5 novembre

D 23 octobre 2019     H 10:17     A FSU     C 0 messages


agrandir

Un nouvel outil de dotation des établissements a été adopté il y a un an par la Région malgré l’avis défavorable unanime des organisations syndicales. Lire en ligne le nouveau barème, voir aussi les débats au Comité technique.

Pour la FSU, la mise en place d’un nouvel outil commun aux 3 sites est indispensable, dans un souci d’égalité de traitement entre les prés de 300 établissements.

Cependant, les craintes que nous avions exprimées en 2018 sur le risque de baisse des moyens dans beaucoup d’établissements se confirment hélas aujourd’hui.

Progressivement chaque lycée fait l’objet d’une analyse de sa dotation actuelle par la DRH, et il lui est présenté une dotation cible en fonction des nouveaux critères.

Le questeur régional Pierre Cheret nous a indiqué le 18 octobre, que 66 « dialogues » avaient déjà été conduits, 20 aboutissant à une baisse de dotation (entre ½ et 6 postes par lycée), 35 à une augmentation et 11 à une stabilité. Si l’on se projette à l’horizon 2021, année où la Région aura terminé les "dialogues de dotation", ce sont au moins 60 lycées qui verraient leurs moyens amputés.

Au vu des 66 "dialogues" conduits, c’est l’Académie de Limoges qui est la plus pénalisée avec 11 lycées en perte de postes (soit - 13 postes au total) sur 23 établissements audités, soit plus de la moitié des établissements. 15 postes seraient aussi perdus dans 10 lycées de l’Académie de Bordeaux.

Les baisses de moyens sont parfois massives, ainsi au lycée Valadon à Limoges, ce sont 6 postes que la Région veut supprimer (soit 20% de l’effectif), 3 au lycée Loewy à La Souterraine ou encore 3 au lycée Laure Gatet à Périgueux et 3 au lycée Louis Barthou à Pau.

Même si les baisses sont plus modestes dans certains établissements, elles représentent souvent - 20 % des effectifs (Lycée Martin Nadaud à Bellac dans le 87, EREA de Meymac dans le 19) ou - 10 % comme à St Exupéry à Limoges, à Ste Foix la Grande (dans le 33), Sabrès (dans le 40) ou Terrasson (dans le 24).

Les quelques réajustements à la hausse des dotations, proposés par l’exécutif régional (par exemple au lycée agricole de Magnac Laval) sont évidemment les bienvenus pour les établissements concernés, mais ils sont loin de compenser les baisses (dans l’Académie de Limoges en particulier), et ne résoudront en rien les difficultés rencontrées par les agents dans les établissements dont la dotation va être amputée.

En effet, dans beaucoup d’établissements, la baisse de la dotation va entraîner des difficultés supplémentaires pour les agents, elle risque de dégrader les conditions de travail et la qualité du service rendu aux élèves comme aux autres usagers.

Ces difficultés s’ajoutent aux difficultés du quotidien ressenties par beaucoup d’agents dans les lycées  : l’insuffisance des remplacements des agents absents, la difficulté à appliquer les restrictions médicales et l’absence de compensation des restrictions par des moyens supplémentaires.

Les dernières statistiques 2018 des arrêts maladie à la Région attestent de ces difficultés, avec un taux d’absentéisme dans les lycées qui est deux fois supérieur à celui constaté au siège, et une augmentation massive des arrêts "longue maladie" ou consécutifs à des accidents du travail ou des maladies professionnelles. Lire à ce propos.

Nous appelons donc les agents à faire grève le mardi 5 novembre. Deux préavis de grève ont déjà été déposés par FO et par la CGT.

NOUS DONNONS RENDEZ VOUS AUX AGENTS le mardi 5 novembre à 9h30 devant la Maison de la Région à Limoges

juste avant la réunion du Comité Technique qui se tient à Limoges à 10h30.

Rappel : comment faire grève ?

Chaque agent peut faire grève la journée du mardi 5 novembre, une demi-journée, ou seulement une heure ou deux heures. Le prélèvement sur le salaire sera proportionnel à la durée de l’arrêt de travail (1/30ème pour une journée, 1/60ème pour une demi-journée, 1/151 ème pour une heure).

Aucun préavis, aucune déclaration préalable ne peut être demandé à l’agent, qui peut décider de se mettre en grève le matin même. C’est à l’employeur de recenser, le jour même, les agents grévistes ainsi que la durée de leur arrêt de travail.

Revue de presse

Lisez l’article de L’Echo

Lisez l’article du Populaire du Centre

Et le papier de France bleue.