Le blog FSU des personnels de la Région Nouvelle-Aquitaine et Agences
Vous êtes ici : Accueil » Actus en Nouvelle-Aquitaine » Elections professionnelles à la Région Nouvelle-Aquitaine : les propositions (...)

Elections professionnelles à la Région Nouvelle-Aquitaine : les propositions des candidat.e.s FSU

D 24 novembre 2018     H 17:00     A FSU     C 0 messages


agrandir

Dans un contexte de remise en cause assez générale du service public et des droits des agents, voir à ce propos notre article les candidates et les candidats présent.e.s sur les listes FSU à la Région Nouvelle Aquitaine ont élaboré des propositions.

Ces propositions s’appuient sur le constat qu’en 3 ans, la Nouvelle Aquitaine n’a pas tenu ses engagements vis-à-vis des personnels.

3 ans de Nouvelle Aquitaine = 3 ans d’engagements non tenus

-  Engagement non tenu sur l’alignement par le haut des primes, en particulier en catégorie C.
-  Engagement non tenu sur « l’amélioration de la condition des agents » : suppression de jours de congés, non remplacement des agents absents, perte de dizaines de milliers d’heures dans les services,
-  Engagement non tenu sur « l’administration du futur », promise par le Président Rousset : hyper centralisation, alourdissement hiérarchique, inefficacité des procédures, allongement des délais de traitement au détriment des usagers, perte de sens, augmentation de la souffrance au travail et des arrêts maladie.
-  Engagement non tenu sur la « co-construction » de la nouvelle Région. Les agent.es ont été peu ou pas du tout consultés (et presque jamais entendus), dans les lycées, comme dans les services.

En 3 ans, la Région s’est éloignée de ses usagers, malgré l’implication et le dévouement des agent.es, le service public s’est dégradé.

En 3 ans, elle s’est éloignée de ses agent.es dans les lycées, comme dans les services. Ceux qui l’ont rejoint (collègues des CREPS et des Transports scolaires et départementaux) peinent à y trouver toute leur place.

Face à cette réalité, nous formulons 10 propositions pour améliorer les conditions de travail, faire progresser l’égalité des droits et le service public.

1 – Redonner de la proximité et créer le dialogue avec les agents.

Nous demandons que la Région se rapproche de ses agents.
- Dans les lycées et les CREPS, pourquoi pas des permanences de la DRH ? et le renouvellement des rencontres organisées par bassin en printemps 2018 qui ont été très appréciées par les agents. Il faut aussi faciliter l’accès de tous (y compris les contractuel.le.s) aux boîtes mail « Région » dont beaucoup ne fonctionnent pas, ainsi qu’à l’intranet.
- Dans les services, une réflexion doit être engagée afin de retrouver de la proximité. Les plate-formes téléphoniques RH et informatique ont créé de la distance, malgré la compétence des agents qui y travaillent, elles doivent être réinterrogées dans leur fonctionnement.

Nous demandons que la Région donne la parole aux agents sur leurs lieux de travail pour tout ce qui les concerne :
-  Dans les sièges, pour tout projet de ré-organisation des services, ce qui a été très peu fait ces deux dernières années
-  Dans les lycées et les CREPS pour l’organisation du travail, l’acquisition de matériels, les travaux à réaliser,… Nous demandons l’organisation de réunions régulières entre agents et autorité fonctionnelle.

2 – Maintenir les effectifs et développer l’emploi public

Nous demandons :
que la Région maintienne les effectifs sur les 3 sites de Poitiers, Limoges et Bordeaux, ainsi que dans les lycées et les CREPS, et créée des postes là où c’est nécessaire et compenser les restrictions médicales dans les lycées et les CREPS
que la Région remplace les agents absents
-  Dans les lycées, la situation s’est dégradée, puisque moins d’un agent sur deux est remplacé. C’est la qualité du service public et nos conditions de travail qui sont en jeu ! Nous demandons la création de postes de Titulaires remplaçants supplémentaires et le recrutement de contractuels dans des conditions moins précaires (contrats incluant au moins les petites vacances scolaires).
-  dans les services, ce doit être systématique pour les arrêts maternité
qu’elle ré-internalise les missions de base qui ont été privatisées (certaines fonctions de maintenance dans les lycées, et dans les services, la maintenance informatique, l’entretien et sécurité des locaux à Poitiers et Bordeaux,…)

3 – Améliorer les carrières et les parcours professionnels :

- Porter les ratios d’avancement de grade à 100 %, afin de permettre à tous les agents qui remplissent les conditions administratives et d’engagement professionnel d’avancer en grade, avec des critères objectifs permettant la transparence dans les choix
- harmoniser les pratiques entre les évaluateurs afin de réduire les inégalités de traitement d’un service ou d’un lycée à l’autre
- Faciliter l’accès aux catégories B, A et A+ par le développement des préparations aux examens professionnels et aux concours, et par la création de postes.
- Nomination par la Région de tous les lauréats des examens professionnels et de tous les agents inscrits sur liste d’aptitude (suite à concours ou promotion interne)
- Favoriser l’accès à la formation particulièrement en catégorie C, pour les titulaires comme pour les contractuel.le.s. En faciliter l’accès en particulier pour les agents des lycées (organisation de formations sur site, ou par bassin et de formations plus adaptées aux métiers des lycées). Moins d’un agent sur deux en bénéficie chaque année, et souvent leurs demandes n’aboutissent pas.
- respecter les qualifications et les métiers. Dans les lycées et le CREPS, un agent recruté dans une spécialité doit exercer des tâches correspondant à son métier. Ces métiers doivent aussi être reconnus par le nouveau RIFSEEP (avec un supplément de primes). La polyvalence peut être nécessaire mais elle ne doit pas conduire à la déqualification.
- Valoriser les fonctions les moins reconnues  : comme l’entretien ménager et l’accueil qui doivent être considérés comme des métiers à part entière et valorisés également au travers du RIFSEEP, il en est de même des métiers de gestion administrative dans les services.
- Favoriser les évolutions professionnelles choisies, par une reconnaissance de l’expérience et des acquis professionnels, par la préparation aux examens professionnels et aux concours.

4 – Gagner l’égalité et la transparence en matière de Primes

La Région doit réaliser enfin l’égalité des primes à fonction et grade égaux entre agents des 3 ex Régions et entre agents des lycées et des services. C’est une promesse non respectée par le Président Rousset.
Toutes les fonctions doivent être valorisées au travers du RIFSEEP et pas seulement les fonctions d’encadrement
Le futur « CIA  » (partie « au mérite » du RIFSEEP qui doit se mettre en place en 2019), doit être strictement encadré par des critères transparents. Lire à ce propos http://www.fsu-cralpc.org/actus-en-nouvelle-aquitaine/article/le-detail-des-3-deliberations-adoptees-par-les-elu-e-s-de-la-region-le-18

5 - Temps de travail dans les services : le statu quo est inacceptable

Réviser le nouveau règlement, afin de permettre la récupération de toutes les heures travaillées. 200 000 heures sont écrêtées chaque année
Limiter les dépassements horaires par une adéquation entre la charge de travail et les moyens alloués et une optimisation des déplacements
Faciliter l’articulation entre vie professionnelle et vie personnelle, grâce à une « charte des temps » à élaborer collectivement, garantissant notamment l’effectivité du droit à la déconnexion pour les cadres comme pour les non cadres.

6 - Organisation des services : rééquilibrer l’organisation entre les 3 sites et écouter les agents

- En finir avec l’hyper centralisation : ré-équilibrer l’organisation entre Bordeaux, Limoges et Poitiers, par exemple en répartissant équitablement les postes de directeurs entre les 3 sites
- Associer obligatoirement l’ensemble des agents concernés à la réflexion sur les réorganisations
- Réduire le nombre de niveaux hiérarchiques

7– Agir plus fortement pour la Santé et le bien-être au travail

Nous demandons que la Région renforce son action pour préserver la santé des agents et garantir le bien-être au travail.
Renforcer la médecine préventive, qui n’a pas les moyens aujourd’hui d’assurer les visites annuelles. Le recrutement d’au moins 4 médecins supplémentaires est nécessaire (2 à Poitiers, 1 à Limoges et 1 à Bordeaux)
Réduire la pénibilité, en améliorant l’ergonomie des postes de travail, en renouvelant les matériels et les équipements individuels, dans les lycées et les CREPS
Aménager les postes de travail pour les agents connaissant des restrictions dans les lycées et les CREPS et identifier des fonctions utiles au service public régional, permettant de reclasser les agents inaptes à leur poste.

Dans les services, en 2017, les arrêts maladie ont explosé sur certains sites (+ 29 % à Poitiers). La prévention des risques psychosociaux doit devenir une vraie priorité. Les agents de retour sur leur poste après une longue absence, ou qui sont en reconversion professionnelle, doivent bénéficier d’un accompagnement adapté, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

8 - Améliorer la situation des contractuel.le.s

► Par la mise en place de règles harmonisées et claires de gestion des contractuel.le.s recrutés dans les services, pour des besoins permanents (CDI, CDD) : conditions de recrutement, de revalorisation des rémunérations,…
► Pour faciliter la préparation des concours quelle que soit l’échéance des contrats,
► Pour la transformation systématique des CDD en CDI au terme des 6 ans réglementaires.
Pour les contractuel.le.s recruté.e.s sur des missions temporaires (surcroît d’activité, remplacements d’absent.e.s,…), nous agirons :
- Pour qu’ils bénéficient de conditions d’emploi améliorées : des contrats plus longs calés sur la durée de l’absence, intégrant les petites vacances socialires dans les lycées, une rémunération qui prenne en compte l’expérience et les qualifications, le respect de délais de prévenance pour le renouvellement ou le non renouvellement du contrat
- Pour la mise en place d’un plan régional de titularisation : intégration directe sur entretien pour les premiers grades de la catégorie C, préparation aux concours pour les autres grades.

Nous revendiquons également au plan national :
● Une nouvelle loi de titularisation avec des procédures d’intégration par concours prenant en compte les acquis de l’expérience et garantissant le maintien de la rémunération, ce qui n’a pas été le cas avec la loi Sauvadet entre 2014 et 2017,
● Un meilleur encadrement du recrutement des contractuel.le.s

9 – Donner aux encadrants les moyens de mener à bien leur mission

de management notamment à distance (formation au moment de la prise de fonction, sessions d’échange de pratique…).

10 – Donner à la nouvelle Amicale du personnel les moyens de remplir pleinement son rôle.

• La nouvelle Amicale du personnel - fusion des amicales de Poitiers et de Bordeaux et du COS du Limousin – doit avoir les moyens de jouer pleinement son rôle au bénéfice de tous les agents. A ce jour, l’exécutif n’a pas respecté tous ses engagements en retenant pour 2019 un budget de 220 €/agent au lieu des 260 € promis et seulement 5 etp au lieu des 7 promis.
• Chèques restaurant : Accorder aux agents des lycées qui le souhaitent le bénéfice des chèques restaurants pendant les périodes de fermeture de la restauration scolaire.

En complément de nos professions de foi, téléchargez sur Soco notre journal de campagne siège et notre journal lycées.

Voir en ligne la liste complète de nos 78 candidates et de nos 54 candidats

Voir aussi le trombinoscope des candidat.e.s sur Soco

Téléchargez en bas de page le mode d’emploi des élections pro à la Région, ainsi que nos professions de foi pour le CT, les CAP et les CCP.

Visionnez la vidéo de Bernadette GROISON, secrétaire générale de la FSU. "La fonction publique, remède contre l’individualisme" ?