Le blog FSU des personnels de la Région Nouvelle-Aquitaine et Agences
Vous êtes ici : Accueil » Actus en Nouvelle-Aquitaine » Les absences pour raison de santé à la Région en 2018 : le niveau reste trés (...)

Les absences pour raison de santé à la Région en 2018 : le niveau reste trés élevé malgré une légère baisse

D 16 octobre 2019     H 00:09     A FSU     C 0 messages


agrandir

L’évolution de l’absentéisme est un indicateur à observer de près en termes de bien-être ou de mal-être au travail.

Les précédents bilans étaient particulièrement inquiétants.

Ils traduisaient tous deux une forte augmentation du taux global d’absentéisme pour maladie : + 4 % en 2016 et + 6 % en 2017. Dans les services du siège, la progression était encore plus forte pour la maladie ordinaire, l’indicateur le plus sensible à l’évolution des conditions de travail. On avait pu observer une hausse de 16 % dans les services à Limoges en 2016 et de 29 % dans les services à Poitiers en 2017 !
Lire le bilan 2016 sur notre site ainsi que le bilan 2017

Les résultats 2018 : - 3,7 % dans les lycées mais pas d’amélioration au siège.

Le taux global d’absentéisme (hors maternité) diminue de 2% (pour la 1ère fois depuis la fusion), mais il demeure supérieur de 7,66 % à ce qu’il était en 2015.
Cette diminution ne concerne en fait que les lycées (-3,7%), le taux d’absentéisme restant stable au siège en 2018 par rapport à 2017. Il est donc toujours de 16 % supérieur à ce qu’il était avant la fusion en 2015 !

L’écart entre siège et lycée demeure toujours très important : le taux d’absentéisme dans les lycées est le double de celui des services. Cela s’explique par la pénibilité physique des métiers et la moyenne d’âge plus élevée dans les lycées.
Mais au sein même des lycées, les disparités restent très importantes entre les 3 anciennes Régions. Dans les lycées de l’ex Aquitaine le taux d’absentéisme est de 25 % supérieur (maladie ordinaire seule) à ce qu’il est dans les territoires picto-charentais et limousin.

Si l’on considère seulement la maladie ordinaire, la baisse est plus significative (-14,7 % dans les lycées et – 7 % dans les services à l’échelle de la Nouvelle Aquitaine). La baisse du taux d’absence pour maladie ordinaire est du même ordre dans les lycées sur les 3 sites, par contre dans les services elle est marquée à Poitiers (- 17%, après une forte hausse en 2017) et à Limoges (-9%) alors que le taux reste stable (c’est à dire sans amélioration) à Bordeaux.

Les absences pour congés longue maladie - CLM (qui peuvent aller jusqu’à 3 ans) sont par contre en augmentation constante depuis 2016 et la tendance s’est poursuivie en 2018 : + 10 % en 3 ans dans les lycées et + 62 % dans les services. On observe donc un glissement de la maladie ordinaire vers la longe maladie, traduisant une aggravation de l’état de santé des agents. A noter qu’en 2018, 167 agents étaient concernés dans les lycées et 31 dans les services.

Les absences consécutives à des accidents du travail ou à des maladies professionnelles (AT/MP) continuent leur progression (+15 % par rapport à 2017 et + 33 % entre 2015 et 2018). C’est dans les services du siège qu’elles augmentent le plus fortement, le taux qui était resté plutôt stable de 2015 à 2017 a doublé en 2018 de façon à peu près égale sur les 3 sites.

Quant au très injuste jour de carence, rétabli en 2018, il semble avoir eu pour conséquence (comme dans le reste du secteur public) de diminuer le nombre d’arrêts de courte durée, mais aussi d’augmenter la durée des arrêts.Lire à ce propos

Nous tenons à votre disposition le bilan de l’absentéisme présenté au chsct du 11 octobre sur simple demande syndicat-fsu@nouvelle-aquitaine.fr

L’absentéisme, symptôme des difficultés des agents

L’absentéisme à la Région (9,34 % en 2018) se situe dans la moyenne des collectivités territoriales (9,2 % en 2017) où il est à la hausse depuis 10 ans.

Néanmoins il est élevé. Ce taux signifie que plus de 9 agents sur 100 ont été absents tout au long de l’année. Le seul congé maladie ordinaire (CMO) a concerné 4441 agents titulaires en 2017 (soit plus de 55% de l’effectif) pour 2,5 arrêts en moyenne représentant au total 29 jours d’arrêt. Les collègues femmes y sont surreprésentées.
Chez nous comme ailleurs, l’absentéisme est un symptôme : vieillissement, usure professionnelle, mauvaises conditions de travail, stress, management inadapté,… Voir pour les collectivités territoriales, l’étude 2018 de Sofaxis .

L’augmentation des absences n’est pas une fatalité.

On peut agir par de multiples moyens, en réduisant la pénibilité des métiers les plus physiques, en remplaçant les agents absents, en développant les actions de prévention, par une meilleure organisation du travail, un management plus adapté, une meilleure reconnaissance du travail des agents,…etc.

Vos élu.e.s FSU sont prêts à travailler à une analyse plus fine du phénomène. Nous avons demandé des données complémentaires par site, par lycée.